Comment créer la différence quand on est freelance ?

21 December 2020

De plus en plus de professionnels, capés ou non, s’intéressent au statut de freelance. Et pour cause, ce dernier garantit une totale liberté de mouvement, tant dans la recherche de client que dans les différentes négociations salariales. Mais cet engouement traduit également une concurrence plus rude entre les freelances. Pour se faire une place, il est ainsi indispensable de se démarquer de ses pairs. Pour cela, on peut mettre en avant ses états d’expériences et ses compétences, mais également d’autres qualités qualifiées de plus humaines. Bien entendu, la technicité n’est pas en reste pour essayer de se faire une différence par rapport à ses concurrents.

 

Le savoir-faire, ou comment mettre en avant ses compétences ?

Pour commencer une carrière en freelance, le savoir est important. Il s’agit, en général, de l’ensemble de ses connaissances accumulées suite à ses études supérieures. Mais le savoir n’est rien sans le savoir-faire. Ce dernier est, par contre, le fruit de ses différentes expériences professionnelles. Il n’est donc pas nécessairement rattaché à un diplôme, tout en étant une des qualités les plus appréciées par les clients chez un prestataire de services.

Pour montrer son savoir-faire en tant que freelance, mettre en avant son expertise est la meilleure chose à faire. S’il y a un diplôme qui va avec les compétences, c’est encore mieux. Dans le cas contraire, ce n’est jamais indispensable. Toujours est-il que pour se démarquer de ses concurrents, il est indispensable de promouvoir son profil sur les différentes plateformes en ligne, notamment les réseaux sociaux. Il s’agit d’un bon moyen de rassurer les potentiels clients sur son savoir-faire. D’ailleurs, un bon freelance doit savoir se vendre, surtout lorsqu’il appartient à un secteur où la concurrence est rude. La compétence est une qualité qui doit être mise en avant, mais l’image l’est tout autant, surtout qu’outre les canaux modernes de communication, le bouche-à-oreille est encore un moyen largement utilisé par les réseaux professionnels.

Comme on le dit souvent, il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers. Lorsqu’on est freelance, il ne faut surtout pas se contenter des compétences que l’on a obtenues à un moment T. Le but est de pouvoir en avoir d’autres et de s’adapter à toutes les évolutions inhérentes au secteur. C’est pour cette raison qu’il est indispensable au freelance de se former constamment dans le but de faire la différence entre lui et ses concurrents. Les métiers du digital en sont les plus concernés, même si, à priori, les autres secteurs le sont également, vu qu’il est actuellement difficile de faire l’impasse sur l’internet. Pour le choix d’un cycle de formation, il est plus conseillé de se diriger vers des matières que l’on maîtrise moins bien. C’est d’autant plus indispensable pour progresser professionnellement que personnellement. Chez les freelances en portage salarial, la formation est généralement assurée par leur société de portage. Avec DreamTeam, par exemple, les sujets portent sur des questions transversales. En effet, DreamTeam Portage propose quatre programmes de formation portant sur comment devenir consultant, le développement personnel, les techniques en technologie d’information et comment devenir créateur d’entreprise.

Le savoir-être pour montrer sa capacité d’adaptation et sa créativité

Le savoir-faire est une chose indispensable pour mener à bien les missions. Mais même avec la technicité, les qualités humaines sont, au moins, tout aussi importantes pour qu’un freelance arrive à se démarquer de ses pairs. C’est pour cette raison que le savoir-être est indispensable pour réussir dans ce milieu.

Pour les freelances, le savoir-être correspond à leurs capacités à s’adapter par rapport à leur monde professionnel. Il est en même temps relationnel, conceptuel et contextuel. Pour juger et jauger le savoir-être du professionnel, il faut ainsi tenir compte de certains aspects. Cela concerne sa capacité à entretenir de bonnes relations avec les autres, mais aussi de sa manière à s’adapter à toutes les situations. Un bon freelance est toujours à l’écoute de ses clients. Ce qui lui permet, surtout, de bien appréhender leurs attentes pour ensuite pouvoir les fidéliser. Le freelance sait aussi se débrouiller, tout en étant animé d’un grand sens de l’organisation. Un prestataire qui semble être débordé et stressé à tout instant n’évoque pas une bonne image.

Le freelance est aussi patient. Toutefois, la créativité semble être un des aspects de son savoir-être qui attirent le plus les clients. Même si cette qualité n’est pas réservée à tout le monde, elle peut être travaillée. Pour ce faire, il est important d’être curieux sur des réalisations d’autres freelances avant de s’en inspirer et d’y apporter quelques touches personnelles. Dans tous les cas, pour être créatif, il ne faut pas hésiter à se laisser guider par ses envies et ses idées.

Savoir utiliser les outils de communication à bon escient

Comme mentionné précédemment, Internet est incontournable. Ceux qui réussissent le plus sont ceux qui savent maîtriser les outils de communication en ligne. Dans la mesure du possible, la possession d’un site web est recommandée pour se démarquer de la concurrence. Il s’agit d’une preuve de sérieux. Mais l’utilité d’un tel outil est surtout publicitaire. Il s’agit d’un espace personnalisé qui permet au freelance de présenter l’étendue de son expertise. Outre le site web, le blog et la newsletter présentent aussi les mêmes intérêts. Cette dernière peut également être utilisée pour établir les contacts avec les clients actuels ou potentiels à travers les boutons CTA. Mais les outils en ligne les plus indispensables aux freelances pour se démarquer sont ceux qui sont utilisés par le grand public. Il s’agit des applications de réseautage social. Par contre, selon le secteur de métier, une telle sera plus utilisée qu’une autre. Un photographe utilisera davantage Instagram, tandis qu’un rédacteur web ou un journaliste préférera Twitter ou Facebook. Dans tous les cas, il faut utiliser les réseaux sociaux à son avantage en variant les contenus. Ainsi, un bon « storytelling » sur Facebook peut aider le freelance à créer un profil unique en jouant sur ses valeurs et son histoire. Il est aussi possible de réaliser des sondages ou des jeux-concours, des événements divers (salons en ligne, webinaires, etc.) pour toucher le maximum d’audience. Dans la mesure du possible, il est tout à fait envisageable de contacter les prospects en message privé. Sur les réseaux sociaux, il faut surtout soigner son image en choisissant une charte graphique appropriée. Pour garder sa distance avec ses concurrents, la stratégie de communication doit inclure la veille et la prospection en partageant régulièrement des contenus portant sur son domaine d’expertise. Bien entendu, il ne faut pas oublier de mesurer l’étendue de sa présence web en utilisant des outils comme Google Analytics, par exemple.

 

106661810_23845246176200138_5182353525066322604_n